Médias

Communiqué Stade Francais  Paris St CloudSportive tout-terrain
Julien Lesage | 04 Avril 2015, 07h00 | MAJ : 04 Avril 2015, 05h36

4664301_11-1-1011878051_900x562_autocrop
RÉAGIR
Paris (VIIe), jeudi. Grace Carter aime par-dessus tout la musique. Elle joue de la guitare et chante régulièrement dans les bars et les églises.
Paris (VIIe), jeudi. Grace Carter aime par-dessus tout la musique. Elle joue de la guitare et chante régulièrement dans les bars et les églises. (LP/Icon Sport/Anthony Dibon.)
Les journées à se reposer ou à buller entre deux entraînements, très peu pour elle ! Grace Carter, la centrale anglaise du Stade Français Paris Saint-Cloud — qui défie ce soir Cannes en clôture de la saison régulière — ne tient pas en place.

Que ce soit sur un terrain de volley, où elle communique son énergie et encourage en permanence ses partenaires, ou dans la vie. A 25 ans, cette épicurienne profite de son passage dans la capitale, où elle devrait rapidement prolonger pour une 4e saison, pour assouvir ses passions.

« Je suis une fille de la ville, je ne sais pas comment je faisais quand je jouais à Terville (en Moselle), rigole l’intéressée, en français mais avec un délicieux accent anglais. J’ai toujours adoré Paris, j’y venais avec mes parents quand j’étais petite. Quand j’ai su qu’il y avait une équipe de volley, j’ai envoyé mon CV. J’aime me promener, découvrir des lieux, des restaurants. Il y a tellement de choses à faire. »

Mais ce qu’elle aime par-dessus tout, c’est la musique. « C’est devenu une nécessité, j’ai besoin de jouer ou de chanter tous les jours », avoue celle qui possède dans son appartement trois guitares, un piano et… une batterie.

4664301_11-1-1011574800_900x562_autocrop

 

Football, musique et… volley

Une passion héritée de son enfance à Nottingham. « Quand j’avais 5 ans, une prof de musique venait nous donner des cours, avec mes deux grandes soeurs. On n’avait pas le choix. On passait l’une après l’autre. Chez mes parents, il y a d’ailleurs une salle dédiée à la musique avec un piano, un saxophone… J’ai une soeur qui est devenue prof de piano ; moi, je me débrouille. Quand on se retrouve, c’est autour de la musique. » Régulièrement, la jeune femme file jouer et chanter dans des bars ou dans des églises. Jeudi, elle donnait un concert avec des amis pour un baptême dans le VIIe arrondissement. « J’aime toutes les musiques que je peux jouer, confie la capitaine parisienne. Actuellement, j’écoute beaucoup George Ezra ou Emeli Sandé. »

La proximité du stade Géo-André, où évolue son équipe, avec le Parc des Princes lui permet également de combler son amour pour le foot. « Je suis Anglaise, c’est comme ça, sourit l’internationale britannique qui a joué devant 15 000 personnes et discuté avec Neymar lors des JO de Londres en 2012. J’y vais dès que je peux, même si je ne m’intéresse pas trop à la Ligue 1. En revanche, j’ai une tradition : avant de jouer le samedi, je regarde toujours un match du championnat anglais. Je suis fan de Tottenham et de son attaquant Harry Kane. »

20150319092719007La Provence235-1px Le Parisien juin 4 2014